Les anticorps de lama pourraient bien être efficaces contre les variants du SARS-CoV-2

Extrait de l’article écrit par Julie Kern pour Futura Santé

Les camélidés seraient-ils à l’origine d’un nouveau traitement contre la Covid-19 ? Ce qui est sûr, c’est que ces animaux possèdent de petits anticorps, absents chez l’humain, qui neutralisent le SARS-CoV-2 et certains de ses variants, selon des scientifiques australiens.

Pour mettre un terme à la pandémie de Covid-19, les scientifiques ne sont pas à court d’idées. La plus inattendue implique des lamas. En effet, les camélidés produisent de tout petits anticorps, des nano-anticorps, absents chez l’Homme. Plusieurs études ont mis en avant la capacité des nano-anticorps à neutraliser le SARS-CoV-2, mais elle n’a pas encore été exploitée pour en faire un traitement thérapeutique ou prophylactique contre la Covid-19. En effet, les expériences in vivo avec les nano-anticorps sont délicates car ils sont rapidement filtrés par les reins après leur injection. Cela n’empêche pas les scientifiques de poursuivre leurs efforts de recherche.

Une équipe australienne a identifié quatre nano-anticorps qui inhibent l’interaction entre la protéine S, même mutée, et le récepteur cellulaire ACE2. Injectés à des souris avant l’infection, les nano-anticorps les protègent de la maladie. Ils publient leurs résultats dans PNAS.

Des nano-anticorps de camélidés à l’assaut du coronavirus

Les nano-anticorps WNb2, 15, 7 et 36 ont été purifiés du sérum de deux camélidés australiens immunisés avec la protéine S et sa fraction qui interagit avec ACE2, le receptor binding domain (RBD). Parmi les cinquante nano-anticorps différents produits suite à cette immunisation, seuls les quatre nommés précédemment se fixent solidement sur la protéine S du SARS-CoV-2. Ils peuvent être séparés en deux groupes : WNb2 et 36 forment le cluster 1 et WNb7 et 15, le cluster 2.

Ils se fixent tous au RBD mais pas au même endroit, ils agissent de façon non compétitive. Les utiliser en cocktail augmenterait donc leur pouvoir neutralisant. De plus, la mutation N501Y, située dans le RBD et présente dans plusieurs variants d’inquiétude, n’entrave pas leur fixation.

Lire la suite de l’article sur le site FuturaScience :

https://www.futura-sciences.com/sante/coronavirus-anticorps-lama-pourraient-bien-etre-efficaces-variants-sars-cov-2

Newsletter
ERON Santé
ABONNEZ-VOUS
et restez informés de nos nouveautés