fbpx
 L’avenir est aux soins de santé numériques

L’avenir est aux soins de santé numériques

Un article d’Antonia A. Peck pour “The National Law Review

Avant la pandémie de coronavirus, l’utilisation de la technologie numérique dans les soins de santé était en constante augmentation ; cependant, la pandémie a stimulé le développement rapide de la technologie numérique dans le domaine de la santé ainsi que l’adoption et l’utilisation rapides de cette technologie dans l’industrie. Cette trajectoire n’est pas surprenante. La santé numérique est porteuse de la promesse d’une accessibilité accrue à des soins de haute qualité, centrés sur le patient, qui peuvent également accroître l’engagement des patients et réduire les coûts. Cependant, la pleine réalisation de cette promesse peut être menacée par une politique et une réglementation qui ne parviennent pas à suivre et à encourager cette évolution.

Qu’est-ce que la santé numérique ?
Il n’existe pas de définition universellement acceptée de la santé numérique. En fait, les chercheurs qui ont étudié la définition sont récemment tombés sur pas moins de 95 définitions publiées pour le concept de santé numérique. Il y avait cependant quelques tendances claires : l’accent est mis sur la manière dont les données sont utilisées pour améliorer les soins ; on se concentre sur la fourniture de soins de santé plutôt que sur l’utilisation de la technologie ; et les définitions ont tendance à mettre en avant le bien-être des personnes et des populations plutôt que les soins aux patients atteints de maladies. Telle qu’elle est utilisée dans cet article, la santé numérique englobe l’utilisation d’outils et de technologies numériques pour améliorer et gérer la santé et le bien-être d’un individu ou d’une population.

Le paysage actuel de la santé numérique
Télésanté et articles portables
La télésanté, dont l’utilisation s’est accrue ces dernières années, a explosé en 2020 alors que le monde luttait contre la pandémie de COVID-19. Les patients et les prestataires de soins se sont tournés vers la téléconférence ou la santé mobile pour accéder aux consultations, diagnostics, traitements, prescriptions et autres services qu’ils recevaient habituellement dans un hôpital ou une clinique.

Les services de télésanté ont non seulement profité aux patients, mais aussi aux prestataires de soins de santé qui ont réduit leur risque d’exposition au COVID-19 en diminuant le nombre de patients qu’ils voyaient en personne. L’utilisation de la télésanté a également permis aux prestataires de soins d’utiliser moins d’équipements de protection individuelle, qui sont rares, que ceux qu’ils utiliseraient autrement s’il y avait davantage de soins en présence physique. Bien qu’ils aient apprécié la commodité des services de télésanté, les patients avaient encore des préoccupations importantes concernant la vie privée et la sécurité, la relation médecin-patient et la capacité à recevoir le bon diagnostic et le traitement approprié.

Des appareils comme l’Apple Watch et le Fitbit, qui sont généralement achetés pour améliorer la condition physique, ont pris une nouvelle importance car beaucoup d’entre eux peuvent permettre aux utilisateurs de surveiller les niveaux de saturation en oxygène du sang, ce qui peut aider à diagnostiquer la COVID-19. Les vêtements innovants sont nombreux et variés et permettent de suivre et de surveiller un grand nombre de paramètres de santé, notamment la glycémie, la pression artérielle et les électrocardiogrammes pour détecter la fibrillation auriculaire. Il n’est donc pas surprenant que dans une enquête récente, Insider Intelligence ait constaté que 80 % des consommateurs sont prêts à porter des appareils de fitness.

Santé et bien-être
En 2020, le nombre d’utilisateurs d’applications de santé et de remise en forme a augmenté de 27 % par rapport à l’année précédente. Certaines applications se concentrent sur le bien-être et la santé en général, tandis que d’autres sont utilisées pour le diagnostic et le traitement de maladies. Par exemple, certains consommateurs utilisent aux Etats-Unis des applications comme Runkeeper et MyFitnessPal pour suivre différents paramètres de santé à des fins d’information, tandis que d’autres utilisent des applications pour suivre des paramètres de santé spécifiques qu’ils peuvent ensuite envoyer à leurs fournisseurs pour qu’ils les utilisent dans l’élaboration et le suivi du plan de traitement du patient – des applications comme Glucose Buddy, qui surveille et suit les niveaux de glucose, les médicaments, l’A1C, l’activité physique et la consommation de glucides pour aider les patients à gérer leur diabète.

La société biopharmaceutique IQVIA a mené une étude en 2015 dans laquelle elle a évalué l’impact des applications de bien-être sur le système de santé américain. L’étude a conclu que l’utilisation d’applications dans cinq populations de patients qui ont montré une réduction de l’utilisation des services de soins aigus en raison de l’utilisation d’applications – prévention du diabète, diabète, asthme, réadaptation cardiaque et réadaptation pulmonaire – pourrait faire économiser au système de santé du pays environ 7 milliards de dollars par an. Ce montant représente environ 1,4 % du coût total des dépenses de santé dans ces populations particulières de patients. Selon l’IQVIA, si ce niveau d’économie était extrapolé à l’ensemble des dépenses nationales de santé, les économies réalisées seraient de 46 milliards de dollars par an.

Dispositifs médicaux numériques
Une technologie de santé numérique est classée comme un dispositif médical si elle répond à la définition de la section 201 de la loi américaine sur les aliments, les médicaments et les cosmétiques. En règle générale, si une technologie numérique de santé est utilisée pour diagnostiquer une maladie ou une condition, ou pour soigner, atténuer, traiter ou prévenir une maladie, elle peut être classée comme dispositif médical. Les dispositifs médicaux peuvent être des instruments, des machines, des matériaux, ainsi que des applications logicielles. Les dispositifs médicaux sont réglementés par la Food and Drug Administration américaine et, selon la classification du dispositif en question, ces derniers peuvent faire l’objet d’un examen et d’une approbation longue et coûteuse avant leur mise sur le marché.

Grâce aux progrès de la santé numérique, les dispositifs médicaux dans le domaine des soins de santé sont plus proches du consommateur, plus conviviaux et plus rentables. Par exemple, il fut un temps où il fallait se rendre à l’hôpital ou au cabinet médical pour être branché à des machines afin de recevoir un électrocardiogramme. Aujourd’hui, la dernière version de l’Apple Watch permet de réaliser soi-même ce test.

En outre, les appareils médicaux numériques destinés aux consommateurs ont joué un rôle important pendant la pandémie. Par exemple, de nombreux promoteurs d’essais cliniques ont utilisé des dispositifs médicaux numériques pour surveiller les participants aux essais pendant la pandémie. Les fournisseurs ont également demandé à leurs patients d’utiliser des appareils médicaux numériques pour surveiller des paramètres de santé tels que le rythme cardiaque, le taux d’oxygène dans le sang et la température lors du suivi des symptômes COVID-19 d’un patient.

Intelligence artificielle (“IA”)

Lire la suite de l’article d’Antonia Peck pour The National Law Review :

https://www.natlawreview.com/article/future-digital-healthcare

A propos de l’auteur : Antonia A. Peck

Toni Peck est associée au bureau du Research Triangle Park et membre de l’équipe de soins de santé du cabinet. Son travail consiste à aider les prestataires de soins de santé à se conformer à la réglementation et à traiter les questions relatives aux entreprises, notamment la loi Stark et la conformité aux lois fédérales et d’État contre les pots-de-vin, la loi HIPAA, le programme 340B sur le prix des médicaments, le recrutement des médecins, les questions relatives au personnel médical et les questions relatives à la concurrence.

Elle conseille également les entités du secteur de la santé sur des questions transactionnelles et commerciales, notamment les fusions et acquisitions, les coentreprises, les réorganisations, les organisations de services de gestion…

toni.peck@wbd-us.com
www.womblebonddickinson.com

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.