fbpx
 Futurs professionnels de santé : Quelle connaissance des facteurs de risque de l’incontinence urinaire d’effort chez la femme ?

Futurs professionnels de santé : Quelle connaissance des facteurs de risque de l’incontinence urinaire d’effort chez la femme ?

Un article de Joanna Witkoś & Magdalena Hartman-Petrycka pour BMC Women’s Health

Contexte
L’incontinence urinaire d’effort aggrave les conditions de vie des femmes dans les aspects professionnels, sociaux, mentaux, physiques et sexuels de leur vie. Malgré son impact réel sur la vie quotidienne de millions de femmes dans le monde, ce problème est encore négligé et traité uniquement comme une gêne associée à l’hygiène personnelle. Serait-ce dû à la négligence du personnel médical en la matière et peut-être à ce manque de connaissances et d’informations appropriées destinées aux femmes souffrant d’incontinence urinaire d’effort ?

La mise en œuvre d’activités éducatives visant à accroître les connaissances sur l’incontinence urinaire se traduira par une meilleure éducation des femmes et une mise en œuvre plus rapide du traitement de l’incontinence urinaire à l’avenir. Pour éduquer correctement les femmes à risque d’incontinence urinaire, il faut bien connaître cette affection, en particulier les facteurs de risque de son développement. L’objectif de cette étude était d’évaluer le degré de connaissance des étudiants diplômés des facultés de médecine concernant les facteurs de risque de l’incontinence urinaire d’effort chez les femmes et d’évaluer l’origine des connaissances des étudiants sur ce problème.

Méthodes
La recherche a porté sur 1581 étudiants de dernière année des facultés de médecine : soins infirmiers et sages-femmes (258), médecine (432), physiothérapie (402) et autre médecine (489). L’enquête de l’auteur a été utilisée pour la recherche. Le test du chi2 a été utilisé pour l’analyse.

Résultats
Les étudiants des facultés d’infirmières et de sages-femmes, de médecine générale, de physiothérapie et des autres facultés de médecine ont pu énumérer correctement les facteurs de risque de l’incontinence urinaire d’effort dans 88,8 %, 81,7 %, 74,4 % et 51,9 % de leurs réponses respectivement (p < 0,01). La source de connaissances sur l’incontinence urinaire d’effort la plus fréquemment mentionnée était un niveau d’éducation supérieur dans 82,6 %, 89,8 %, 90,0 % et 34,4 % des réponses des groupes respectifs (p < 0,001).

Conclusions
Les étudiants en soins infirmiers et sages-femmes avaient la plus grande connaissance théorique de l’incontinence urinaire à l’effort, et une connaissance moindre chez les étudiants en médecine générale, tandis que les étudiants en physiothérapie et les étudiants des autres facultés de médecine avaient la moins grande connaissance théorique des facteurs de risque de l’incontinence urinaire. Il est conseillé de mettre davantage l’accent sur la formation des étudiants à l’incontinence urinaire d’effort en raison de leurs connaissances insuffisantes, en particulier pour les futurs médecins et kinésithérapeutes qui seront en contact direct avec les patients.

Rapports d’évaluation par les pairs

L’étude complète :

https://bmcwomenshealth.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12905-020-01124-0

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.