Actualités Presse

AMM controversée pour l’aducanumab dans la maladie d’Alzheimer aux Etats-Unis

Une publication de la journaliste médicale Déborah Brauser pour Medscape

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accordé une AMM à l’anticorps monoclonal aducanumab (Aduhelm, Biogen/Eisai) dans le traitement de la maladie d’Alzheimer (MA), sans tenir compte de la recommandation de son propre groupe consultatif de ne pas l’approuver et suscitant, de fait, une importante controverse.

L’aducanumab, premier anticorps à cibler le peptide amyloïde bêta mis en cause dans la maladie d’Alzheimer, est aussi le premier nouveau traitement autorisé dans la maladie d’Alzheimer depuis 18 ans.

Il a fait l’objet d’une procédure d’autorisation accélérée, réservée aux traitements offrant un avantage thérapeutique significatif par rapport aux traitements existants pour une maladie grave ou potentiellement mortelle.

Cependant, dans le cadre de cette procédure, la FDA exige que Biogen mène un nouvel essai clinique randomisé et contrôlé pour confirmer le bénéfice clinique du médicament. Dans un communiqué, l’agence a déclaré que si le médicament ne montrait pas d’avantage clinique dans cet essai, elle avait la possibilité de retirer son approbation.

Contre l’avis de son comité consultatif…

En novembre 2020, le comité consultatif sur les médicaments du système nerveux central et périphérique a voté à huit voix contre une, contre l’approbation du médicament arguant que, sur la base des résultats des essais cliniques, les preuves d’efficacité n’étaient pas suffisamment solides. Deux autres membres ont voté « blanc ».

Malgré cela, la FDA a octroyé une AMM, en précisant que l’approbation octroyée s’appuyait sur trois études randomisées réalisées en double aveugle colligeant les données de 3.382 patients atteints de la MA.

D’après la FDA, les personnes recevant le médicament avaient une réduction significative de la plaque bêta-amyloïde corrélée à la dose et à la durée de traitement, tandis que celles du groupe témoin n’avaient aucune réduction de la plaque amyloïde.

« Les thérapies actuellement disponibles ne traitent que les symptômes de la maladie ; cette option de traitement est la première thérapie à cibler et à impacter le processus pathologique sous-jacent de la maladie d’Alzheimer », a indiqué le  Dr Patrizia Cavazzoni , directrice du Centre d’évaluation de recherche des médicaments de la FDA.

Lire l’article complet : 
https://www.univadis.fr/viewarticle/amm-controversee-pour-l-aducanumab-dans-la-maladie-d-alzheimer-aux-etats-unis

fin du masque

CORONAVIRUS – Ce lundi, Jérôme Salomon affirme que le port du masque en extérieur devrait être levé à partir du 1er juillet. Il devrait être maintenu à l’intérieur.

Une publication du site d’informations LCI

PORT DU MASQUE : “AUCUNE DÉCISION” N’A ENCORE ÉTÉ PRISE

À la suite d’une interview donnée par le directeur général de la santé Jérôme Salomon sur RTL, le ministère de la Santé a tenu à préciser qu'”aucune décision n’a encore été prise concernant le port du masque en extérieur dans les prochaines semaines, qui reste donc la règle.”

Pour le ministère d’Olivier Véran, “les experts scientifiques seront amenés à se prononcer au cours du mois de juin sur une évolution de cette règle.” Lors de cette interview, Jérôme Salomon avait affirmé que si tout se passait bien, un certain nombre de contraintes seraient levées le 30 juin. 

Cet entretien a alors suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux qui anticipaient une fin du port du masque en extérieur au 1er juillet.

Pour en savoir plus, suivez les dernières infos :

https://www.lci.fr/politique/en-direct-covid-19-france-coronavirus-vaccination-deconfinement-fin-du-masque-en-exterieur-le-1er-juillet-aucune-decision-n-a-encore-ete-prise-2188556.html

Soin des plaies

Le marché des soins des plaies et des revêtements pour dispositifs médicaux connaîtra une forte expansion d’ici 2027

Une publication du site Bigouden.tv

Soins des plaies et revêtements pour dispositifs médicaux L’étude de marché est un rapport d’intelligence avec des efforts méticuleux entrepris pour étudier les informations correctes et précieuses. Les données qui ont été examinées tiennent compte à la fois des meilleurs joueurs existants et des futurs concurrents. Les stratégies commerciales des principaux acteurs et des nouvelles industries qui arrivent sur le marché sont étudiées en détail. L’analyse SWOT, le partage des revenus et les informations de contact bien expliqués sont partagés dans cette analyse de rapport. Il fournit également des informations sur le marché en termes de développement et de ses capacités.

“Soins des plaies et revêtements pour dispositifs médicaux Le marché croît à un TCAC élevé au cours de la période de prévision 2021-2027. L’intérêt croissant des individus pour cette industrie est la principale raison de l’expansion de ce marché”.

Obtenez un exemple de copie de ce rapport avec la dernière tendance de l’industrie et…../…..

https://www.a2zmarketresearch.com/sample?reportId=21832

Certaines des principales entreprises influençant sur ce marché comprennent:

Surmodics,.

Divers facteurs sont responsables de la trajectoire de croissance du marché, qui sont étudiés en détail dans le rapport. En outre, le rapport répertorie les contraintes qui constituent une menace pour le marché mondial Soins des plaies et revêtements pour dispositifs médicaux. Il évalue également le pouvoir de négociation des fournisseurs et des acheteurs, la menace des nouveaux entrants et des substituts de produits et le degré de concurrence qui prévaut sur le marché. L’influence des dernières directives gouvernementales est également analysée en détail dans le rapport. Il étudie la trajectoire du marché Soins des plaies et revêtements pour dispositifs médicaux entre les périodes de prévision.

Marché Soins des plaies et revêtements pour dispositifs médicaux mondial par type: Antimicrobien, hydrophile, à élution médicamenteuse, antithrombogène, autres.

Marché Soins des plaies et revêtements pour dispositifs médicaux mondial par application: Soins des plaies, Dispositifs médicaux, Autres.

Global Soins des plaies et revêtements pour dispositifs médicaux Market Report propose:

  • Définition du marché du marché mondial Soins des plaies et revêtements pour dispositifs médicaux ainsi que l’analyse des différents facteurs d’influence tels que les moteurs, les contraintes et les opportunités.
  • Recherche approfondie sur le paysage concurrentiel du Soins des plaies et revêtements pour dispositifs médicaux mondial
  • Identification et analyse des micro et macro facteurs qui affectent et auront un effet sur la croissance du marché.
  • Une liste complète des principaux acteurs du marché opérant sur le marché mondial Soins des plaies et revêtements pour dispositifs médicaux.
  • Analyse des différents segments de marché tels que le type, la taille, les applications et les utilisateurs finaux.

Lire l’article complet

Amnésie infantile : de quand date votre premier souvenir ?

Une publication du journaliste scientifique Julien Harnandez pour Futura Santé

Nous pouvons tous faire l’expérience du fait que nous ne nous souvenons de rien avant un certain âge. Mais de quand date notre premier souvenir ? Y en a-t-il vraiment un ou est-ce plutôt un agrégat de premiers souvenirs ? Tant de questions fascinantes qui sont étudiées dans le cadre de certaines recherches scientifiques en psychologie développementale et en neurosciences. 

Premier(s) souvenir(s) ? 

Dans sa conception naïve, on peut penser que l’amnésie infantile est une frontière nette entre ce dont une personne adulte se souvient et ce dont elle ne se souvient pas. On pourrait donc être tenté d’imaginer qu’il existe un souvenir unique – le premier souvenir – qui ferait office de délimitation. Pourtant, les études expérimentales sur la question ne supportent pas cette définition du sens commun : « le concept d’amnésie infantile est plus large que le fait de se référer à la date du supposé premier souvenir. Cela renvoie plutôt à une période de la petite enfance. Il n’existe pas de frontière bien délimitée, explique Antoine Bouyeure. Le doctorant développe la définition : les limites retenues sont variables d’un auteur à l’autre. Mais on s’accorde généralement pour dire que cela réfère au fait que nous n’avons pas de souvenirs de notre petite enfance, avant l’âge de 2 ou 3 ans. Cela renvoie, également, à la première période du développement de la mémoire. Avant l’âge de 2 ou 3 ans, donc pendant l’amnésie infantile, la mémoire n’est pas suffisamment “mature” pour créer des souvenirs pérennes, et on observe un oubli accéléré de ces premiers souvenirs. »

Lire l’article complet : 
https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/memoire-amnesie-infantile-date-votre-premier-souvenir/

Le tabagisme féminin, entre spécificités psycho-sociales et risques accrus

Une publication de la journaliste Audrey Parvais pour Infirmiers.com

En amont de la Journée mondiale sans tabac et du lancement de sa nouvelle campagne de communication, l’association Alliance contre le tabac a organisé le jeudi 27 mai en visioconférence un décryptage du tabagisme féminin, produit d’un siècle de marketing.  L’occasion, surtout, de revenir sur ses spécificités et sur son impact sur la santé des consommatrices.

Quelles solutions pour en sortir ?

Face à ces différents constats, il y a une véritable urgence à agir, s’alarme le Dr Catherine Monpère, le tabagisme féminin constituant aujourd’hui un véritable enjeu de santé publique. Et agir en commençant pas débanaliser le tabac, encore majoritairement perçu comme un produit de consommation classique, dans une démarche de prévention, notamment auprès des plus jeunes générations. Dans une enquête publiée la semaine précédente, la Ligue contre le Cancer a elle-même dénoncé l’omniprésence de la cigarette dans les films, pointant un effet de valorisation du tabagisme et une manipulation de l’industrie du tabac, l’image positive de sa consommation étant susceptible d’influencer le jeune public en associant l’acte de fumer à un comportement valorisant. Un message que partage l’ACT, qui plaide pour communiquer plus largement sur l’ensemble des effets nocifs du tabac. Il ne suffit plus de dire que fumer tue, intervient Marion Catellin. Le tabagisme est dû en grande partie au discours marketing de l’industrie, qui verdit aussi sa production. Or, elle est responsable d’inégalités sociales et a des impacts plus que négatifs sur l’environnement

Lire l’article complet : 
https://www.infirmiers.com/actualites/actualites/tabagisme-feminin-specificites-psycho-sociales-risques-accrus.html

Coronavirus

Des chercheurs du NIH identifient un nouveau médicament antiviral potentiel pour le COVID-19

Une publication du NIH au département américain de la santé

Le composé cible une enzyme virale essentielle et empêche la réplication dans les cellules.

Nouveau coronavirus SARS-CoV-2
Les petites structures sphériques au centre de l’image sont des particules du virus SARS-CoV-2. Les protubérances filiformes qui s’étendent à partir des cellules sont des projections cellulaires ou pseudopodes. NIAID
Le médicament expérimental TEMPOL pourrait être un traitement antiviral oral prometteur pour le COVID-19, suggère une étude de cultures cellulaires réalisée par des chercheurs du National Institutes of Health. TEMPOL peut limiter l’infection par le SRAS-CoV-2 en altérant l’activité d’une enzyme virale appelée ARN réplicase. Les travaux ont été menés par des chercheurs de l’Institut national de la santé infantile et du développement humain Eunice Kennedy Shriver (NICHD) des NIH. L’étude est publiée dans Science.

“Nous avons un besoin urgent de traitements supplémentaires efficaces et accessibles pour le COVID-19”, a déclaré Diana W. Bianchi, M.D., directrice du NICHD. “Un médicament oral qui empêche le SRAS-CoV-2 de se répliquer serait un outil important pour réduire la gravité de la maladie.”

L’équipe de l’étude était dirigée par Tracey A. Rouault, M.D., chef de la section du NICHD sur le métabolisme du fer humain. Elle a découvert l’efficacité de TEMPOL en évaluant une question plus fondamentale sur la façon dont le virus utilise son ARN réplicase, une enzyme qui permet au SRAS-CoV-2 de répliquer son génome et de faire des copies de lui-même une fois à l’intérieur d’une cellule.

Les chercheurs ont vérifié si l’ARN réplicase (en particulier la sous-unité nsp12 de l’enzyme) avait besoin de groupes fer-soufre pour son soutien structurel. Leurs résultats indiquent que l’ARN réplicase du SRAS-CoV-2 a besoin de deux groupes fer-soufre pour fonctionner de manière optimale. Des études antérieures avaient identifié par erreur ces sites de liaison des amas fer-soufre comme des sites de liaison au zinc, probablement parce que les amas fer-soufre se dégradent facilement dans des conditions expérimentales standard.

L’identification de cette caractéristique de l’ARN réplicase permet également aux chercheurs d’exploiter une faiblesse du virus. TEMPOL peut dégrader les amas fer-soufre, et des recherches antérieures du laboratoire Rouault ont montré que le médicament pourrait être efficace dans d’autres maladies impliquant des amas fer-soufre. Lors d’expériences de culture cellulaire avec le virus vivant du SRAS-CoV-2, l’équipe de l’étude a constaté que le médicament pouvait inhiber la réplication virale.

Sur la base d’études antérieures menées sur des animaux avec TEMPOL pour d’autres maladies, les auteurs de l’étude ont noté que les doses de TEMPOL utilisées dans leurs expériences de culture cellulaire ont permis d’inhiber la réplication virale.

Lire l’article complet sur le site de l’Institut national américain de la santé, le NIH (National Institutes of Health) :

https://www.nih.gov/news-events/news-releases/nih-researchers-identify-potential-new-antiviral-drug-covid-19

À propos du National Institutes of Health (NIH) : Le NIH est l’agence de recherche médicale de la nation, comprend 27 instituts et centres et est une composante du département américain de la santé et des services sociaux. Le NIH est la première agence fédérale à mener et à soutenir la recherche médicale fondamentale, clinique et translationnelle, et à rechercher les causes, les traitements et les remèdes pour les maladies communes et rares. Pour plus d’informations sur les NIH et leurs programmes, visitez le site www.nih.gov

kinesitherapeute application mobile

Physio trauma, un site pour kinésithérapeutes et une application pour les particuliers en soins kiné

Une publication du quotidien France Bleu :

Et si les professionnels de santé comme les kinés vous guidaient pour faire les bons exercices en matière de rééducation ? Physio trauma, un site pour kinésithérapeutes et une application pour les particuliers en soins kiné, vous propose cette option à la maison.

Lors de vos séances de rééducation chez votre professionnel de santé tout est simple car vous êtes guidés mais quand vous devez poursuivre les exercices à la maison c’est pas toujours choses facile. 

Pour palier au problème notre invité et kinésithérapeute Florian Breteau vous propose de découvrir l’application Physio Trauma. Une base de 200 exercices et programmes détaillés, chacun des exercices a été sélectionné avec soin par les trois kinés de TROMA, puis mis en vidéo. L’application et les vidéos tutorielles vous aide à poursuivre votre rééducation en autonomie à domicile et vous rend acteur de votre rééducation.

Une appli qui s’adresse aussi bien aux professionnels…../…..

Lire l’article complet sur le site de France Bleu :

https://www.francebleu.fr/emissions/la-vie-en-bleu-le-mag-de-france-bleu-gironde/gironde/physio-trauma-un-site-pour-kinesitherapeutes-et-une-application-pour-les-particuliers-en-soins-kine

infirmiers reanimation

Formation continue des infirmiers : qui décide et pourquoi ?

Une publication de la journaliste Laure Martin pour le site ActuSoins.com

Comme tous les professionnels de santé, les infirmières sont soumises à des obligations de formation. Dans les établissements hospitaliers, ce sont souvent les directions des soins qui, sur la base de remontées de terrain des cadres et du plan de formation de la structure, décident des formations auxquelles les infirmières participent. Ces dernières années, quelles sont les thématiques qui ont été davantage choisies pour les infirmières ? 

Difficile de définir un top 5 des formations les plus choisies pour les professionnels infirmiers au sein des établissements de soins. Elles sont généralement liées au plan de formation de la structure, qui va alors s’orienter vers tel ou tel organisme de formation spécialisé sur certaines thématiques.

C’est le cas par exemple de Pôle Formation Santé, né du groupe associatif ACPPA, gestionnaire de maisons de retraite. Pour cet organisme qui couvre le champ médico-social, dans le top 5 des formations choisies ces dernières années pour les infirmiers et aides-soignants du secteur, se trouve sans surprise, au premier rang, les formations soins palliatifs et l’accompagnement à la fin de vie. En deuxième position viennent les formations sur la gestion de la violence et l’agressivité.

« Cette formation est de plus en plus demandée par les établissements en accord avec le personnel », souligne Murielle Brun, responsable commerciale Marché entreprises Secteur Sud PACA/Occitanie. Et d’expliquer : « des situations délicates et conflictuelles peuvent se produire au sein des établissements avec les familles et les résidents. Nous ressentons un besoin réel des équipes de se former, d’avoir des outils afin d’adopter le bon positionnement et savoir prendre du recul. ».

Viennent ensuite les formations en lien avec les pathologies Alzheimer et les démences apparentées. Puis, « de plus en plus d’établissements misent sur l’Evaluation des pratiques professionnelles (EPP), une formation qui se développe depuis 2017/2018, précise Murielle Brun. Elle est aujourd’hui plus fréquemment demandée car la dernière réforme de la formation professionnelle prévoit son financement. Elle entre dans le plan de développement de compétences des établissements. » Cet outil de régulation permet aux structures de mener un travail de fond sur les pratiques et aux équipes d’échanger. Enfin, les formations sur les plaies et les cicatrisations font toujours partie du top 5, afin de permettre une montée en compétences des infirmiers.

De l’hypnose à la gestion des urgences

De son côté, Panacéa, conseil et formation santé, s’est positionné de manière assez forte sur les formations autour des soins dans le domaine des urgences, de la réanimation, de la pédiatrie, de la psychiatrie et de l’oncologie. Dans son top 5, en tête, les formations techniques sur l’hypnose. « Des démarches de services se mettent en place dans ce domaine pour que les soignants puissent s’y former car l’hypnose ne peut désormais être pratiquée que sous supervision médicale, explique Gaëlle Terdjman, directrice associée. Les modules sont particulièrement demandés sur l’hypnose analgésique en maternité, en pédiatrie et aux urgences, considérée comme une aide pour le bien-être du patient et la prise en charge de la douleur », précise-t-elle.

Au deuxième rang, les formations autour de l’organisation et la gestion des urgences par les infirmiers « très demandées à l’heure actuelle, et certainement plus encore avec la crise sanitaire », suppose Gaëlle Terdjman. En troisième position, les formations techniques en réanimation, « afin de permettre aux soignants de monter en compétences dans ce secteur qui n’est pas une spécialité alors que les soins dans ces services sont très pointus », indique-t-elle. Nous développons aussi des formations en réanimation pédiatrie car les infirmiers ont parfois une certaine appréhension à prendre en charge les urgences pédiatriques. »

Enfin, une formation de plus en plus demandée : la maîtrise de…../…..

Lire l’article complet sur le site ActuSoins.com :

https://www.actusoins.com/349142/formation-continue-des-infirmiers-qui-decide-et-pourquoi.html

angioplastie artérielle

MÉDECINE : Le CHU Dijon Bourgogne réalise une première européenne en angioplastie artérielle robot-assistée

Une publication du journaliste Jean-Christophe Tardivon pour le journal info Dijon

Vendredi dernier, le Pr Romaric Loffroy a réalisé une procédure endovasculaire autour d’un rein d’une patiente en ayant recours a un bras robotique. Le CHU Dijon Bourgogne est le premier hôpital public de France à disposer de cet équipement.

En 2002, naissait Corindus Vascular Robotics, startup israélienne se donnant pour mission de développer des robots mini-invasifs pour les procédures endovasculaires sous rayons X.

Aujourd’hui, après un rachat en 2019, le bras robotique CorPath GRX est développé par l’entreprise allemande Siemens Healthineers. Son prix catalogue est d’un million d’euros.

Un potentiel de 200 opérations par an

Ce vendredi 28 mai 2021, le service d’Imagerie interventionnelle du CHU Dijon Bourgogne, dirigé par le Professeur Romaric Loffroy, a mis en œuvre le nouvel outil pour une intervention sur les artères rénales périphériques d’une patiente. Il s’agissait d’une première française et européenne.

Pour cette opération sous anesthésie locale, le radiologue interventionnel a été assisté d’un manipulateur en électroradiologie et d’un médecin radiologue interne. Le praticien a été accompagné de Farid Tennah, responsable européen de la distribution du CorPath GRX, de Sébastien Andouard, expert clinique de  Siemens Healthineers, et Kevin Caswell Jones, responsable clinique du CorPath GRX.

Chaque année, l’établissement de santé dijonnais accueille environ 300 patients venant de toute la Bourgogne-Franche-Comté pour des opérations d’angioplastie. À terme, deux tiers de ces opérations pourraient être réalisées en ayant recours à un tel outil robotique.

Jean-Christophe Tardivon

Communiqué du CHU Dijon Bourgogne du 28 mai 2021 :

Procédures endovasculaires : une première européenne au CHU Dijon Bourgogne

Le Département d’Imagerie Interventionnelle du CHU Dijon Bourgogne, dirigé par le Pr Romaric Loffroy, s’est doté cette semaine d’un robot de dernière génération pour la réalisation de nombreuses procédures endovasculaires. Plus précis, cet outil innovant contribue à améliorer le confort de travail des médecins. Il permet également une sécurisation des interventions, en diminuant notamment l’exposition au rayonnement tant pour le patient que pour les professionnels qui le prennent en charge.

Le CHU Dijon Bourgogne est le premier hôpital……./……..

Lire l’article complet :

https://www.infos-dijon.com/news/vie-locale/vie-locale/medecine-le-chu-dijon-bourgogne-realise-une-premiere-europeenne-en-angioplastie-arterielle-robot-assistee.html

Choc anaphylactique

Choc anaphylactique: les anticorps IgG et les neutrophiles jouent un rôle inattendu

Une étude de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM)

Les équipes ont réussi à identifier un nouveau mécanisme pathologique responsable des cas inexpliqués de choc anaphylactique, impliquant des neutrophiles activés par des anticorps de la classe IgG. Ces résultats aideront à améliorer le diagnostic et le traitement des patients atteints de ce type de choc.

Le choc anaphylactique, une réaction allergique exacerbée qui peut s’avérer fatale, est parfois causé par l’utilisation de médicaments pendant la chirurgie. Dans la plupart de ces réactions extrêmes, des preuves peuvent être fournies que les patients ont des anticorps anti-médicament de la classe IgE. Dans 10 à 20% des cas anaphylactiques, les preuves de l’implication des IgE anti-médicamenteuses font défaut. Les IgE anti-médicaments permettent l’activation des mastocytes et des basophiles qui libèrent de l’histamine, un puissant médiateur impliqué dans l’anaphylaxie. Les équipes de l’Institut Pasteur, de l’Inserm, du Réseau des hôpitaux publics de Paris (AP-HP), du CNRS, de l’Université Paris-Sud et de l’Université de la Sorbonne ont identifié avec succès un nouveau mécanisme pathologique responsable de ces cas jusqu’alors inexpliqués, impliquant des neutrophiles activés par des anticorps du Classe IgG. Ces résultats, publiés le 10 juillet dans la revueScience Translational Medicine , aidera à améliorer le diagnostic et le traitement des patients atteints de ce type de choc.

L’anaphylaxie est une réaction allergique suraiguë provoquée par une réponse immunitaire inappropriée suite à l’introduction d’un antigène généralement inoffensif dans le corps. Lorsque cet antigène se lie à des anticorps déjà présents dans le corps, il déclenche la……/……..

Lire l’article complet :

https://www.sciencedaily.com/releases/2019/07/190710160840.htm